La conférence gesticulée est la partie émergée de l’iceberg de mon travail…

Ce spectacle-débat est le résultat du croisement de plusieurs projets. En voici un petit historique explicatif :

1- Une formation (passée)

En 2011 j’ai suivi la formation en cycle long « Expliquer en gesticulant » avec la SCOP Le Vent Debout à Toulouse. C’est une formation qui, en plus de former aux outils et ressorts caractéristiques de la conférence gesticulée (débat mouvant, petite histoire-grande histoire, humour, prise de position et atterrissage politique, etc), permet une introspection et un travail de transformation personnelle. J’ai écrit plusieurs morceaux de conférences gesticulées mais sans trouver un sujet qui me convienne vraiment.

 

2- Une rencontre (passée)

J’ai découvert les revenus de base en décembre 2012, par un courriel d’un réseau militant. J’ai senti qu’il se passait quelque chose d’important et je suis allé à l’assemblée générale de création du Mouvement Français pour un Revenu de Base en mars 2013. J’ai rencontré Michaël Le Sauce à cette occasion, et en parlant avec lui le croisement « revenu de base » et « conférence gesticulée » est devenu évident ; tout comme notre envie de travailler ensemble… J’ai ensuite rencontré Catherine, et après discussion nous avons décidé de lancer une campagne de financement participatif pour nos projets.

 

3- Le militantisme (passé et présent)

C’est d’abord en discutant avec les personne engagées dans la diffusion des idées de revenus de base que j’ai affiné ma compréhension de ces concepts, notamment lors de soirées-débat à Toulouse et en France.

J’ai commencé à écrire un « kit militant » qui vise à compléter ceux qui existent déjà, car j’ai l’impression que les arguments « pour » sont toujours plus compliqués et moins frappants que les arguments « contre ». L’objectif du kit militant est d’aider les convaincu-es à répondre aux principales objections que rencontrent ces idées de revenus inconditionnels, de manière imagée, percutante, sensible, intelligente et personnalisée.

Je fais partie du comité d’éthique du Mouvement Français pour Un Revenu de Base.

 

4- Une enquête nationale sur les revenus libres (présente et future)

L’appellation « revenu de base » regroupe des propositions non seulement variées mais, pour certaines, incompatibles entre elles. Il n’y a pas UN revenu de base mais DES revenus de base, correspondant à des visions du monde parfois très différentes. Il existe au moins 25 appellations pour désigner des propositions de « revenus » (sommes d’argent ou accès gratuits à des biens ou services) découplés de l’emploi ! Pas facile d’y comprendre quelque chose… Pour s’orienter dans ce dédale, j’ai décidé de faire une étude exhaustive permettant de décrire dans le détail chacune de ces propositions, selon des critères identiques, afin d’en saisir le sens politique, de les distinguer, de saisir leurs points communs, etc. Pour avoir tous les détails de ce projet : Enquête revenus libres – Présentation (Alexis Lecointe)

Cette étude me permet de rencontrer des êtres humains extraordinaires, qui portent une multitude de propositions intelligentes, originales et réalistes. Certaines de ces nouvelles visions du travail, de la société et de la vie sont des sources d’inspiration magnifiques…

 

5- L’écriture de chansons (présente et future)

À force de jouer avec les mots et de faire de l’artivisme, on finit par écrire des chansons ! La chanson du revenu de base : sur un air de Georges Brassens, paroles de Michaël Le Sauce. Je chante cet hymne pendant la conférence gesticulée, et à chaque fois avec quelqu’un de différent qui accompagne à la guitare (je ne sais pas vraiment chanter mais je ne sais VRAIMENT PAS jouer de la guitare…).

6- L’édition d’un planisphère alternatif (présente et future)

Une nouvelle vision du revenu, du travail, c’est une nouvelle vision du monde ! Le planisphère ci-dessous peut représenter, selon moi, cette nouvelle vision du monde égalitaire et qui renverse nos certitudes…

Planisphere_Onesta moyenAvoir un revenu pour ce que je SUIS et plus pour ce que je FAIS…

Durant la conférence gesticulée, on s’amuse au « jeu des 7 différences » entre ce planisphère et le planisphère que l’on voit à peu près partout depuis qu’on est enfants (planisphère impérialiste). Ça permet de montrer que les planisphères ne poussent pas dans les arbres, ne sont pas neutres : ce sont des objets politiques ! Je propose donc de sortir du monopole de la vision du monde impérialiste…

Je souhaite ré-éditer le planisphère alternatif conçu par Gérard Onesta.

Si vous êtes intéressé-es pour en pré-commander, cliquez ici.

Pour les détails du projet vous pouvez lire ce document.

 

7- Plein d’autres idées

À discuter ensemble de vive voix !

Les commentaires sont désactivés pour l’instant.